Et vous, qu’est-ce qui vous fait courir ?

Décembre. Vous vous dirigez vers la porte et vous apprêtez à braver les premières températures négatives pour votre course du matin (ou du soir). 

Sera-t-elle articulée autour du temps passé à courir, courir après le temps ou de la distance parcourue ? C’est une question sur laquelle nombre d’entre nous qui prennent leur routine au sérieux se penchent.

Mais avez-vous pensé à mesurer votre objectif pour cette séance

Vous pouvez planifier vos entraînements en fonction du temps ou de la distance parcourue, mais chacun a ses avantages. Voici comment vous aider à décider.

Mesurer la distance

Les mesures de distance sont la norme pour les coureurs chevronnés, bien qu’elles ne soient en aucun cas universelles.  La plupart – mais certainement pas tous – pensent en termes de kilométrage par course, ou encore de kilométrage par semaine. C’est quelque chose qui est tangent, puisque la distance est constante alors que les minutes, comme le temps, sont plutôt basées sur les capacités de chacun.  

Le kilométrage par semaine est un chiffre clé lorsque vous vous comparez aux autres sportifs. Le kilométrage hebdomadaire est devenu un raccourci pour évaluer le sérieux et la constance d’un coureur régulier, sa condition physique et le temps qu’il peut consacrer à son entraînement.

Les kilomètres sont également un meilleur indicateur de l’état de votre corps. Alors, pouvez-vous simplement suivre vos minutes (ou heures) hebdomadaires ?  La réponse est : Oui, mais.

Imaginez par exemple que vous marchez et faites un « jogging lent » sur une cheville un peu douloureuse. Il se peut que vous soyez là une heure durant mais que vous ne parcouriez pas autant de distance qu’avant la ‘blessure’. Car la course ne fait pas que peser sur nos muscles et nos poumons : nous enfonçons également nos pieds dans le sol des milliers de fois par heure, ce qui met à rude épreuve nos tendons, ligaments et os.

Ceux-ci ont tendance à s’adapter plus lentement que les muscles. Le suivi hebdomadaire, le nombre de kilomètres que vous parcourez chaque semaine est un bon baromètre et on parle souvent d’une règle de base pour augmenter votre distance, celle de l’augmenter chaque semaine de 10%.

Cela vous fournira un objectif à atteindre qui ne devrait pas non plus entraîner une pression importante sur votre corps.

Mesure en durée

L’un des avantages de l’utilisation d’une mesure de temps pour vos performances pendant votre course a beaucoup à voir avec les avantages psychologiques. Lorsque vous suivez votre temps, vous enlevez une partie du stress impliqué lorsque vous essayez d’atteindre un marqueur de distance.

Quand vous mesurez vos performances en unités de temps, vous démarrez simplement votre Application Digitsole Running et lorsque votre heure cible est atteinte, vous êtes alerté et vous arrêtez.

Si vous êtes débutant en course à pied, vous n’avez pas à être déçu du rythme que vous vous êtes fixé. Vous pouvez simplement enregistrer votre routine sur votre calendrier en vous disant qu’aujourd’hui 45 minutes ont été « accomplies » et être heureux de cet accomplissement.

On récapitule

Si vous vous préparez pour une course longue distance, comme un semi-marathon ou un marathon, il est souvent préférable de vous concentrer sur le temps nécessaire pour bien travailler, plutôt que sur la distance.

Pour cela, vous devez apprendre à évaluer votre rythme, en utilisant un moniteur d’activité à l’image de la semelle connectée Smart Insole, couplée avec un moniteur de fréquence cardiaque pour surveiller vos statistiques. 

Grâce à l’application Digitsole Running, quand vous allez démarrer une nouvelle activité, vous pouvez déterminer une distance à réaliser, puis un temps minimum.

Il n’y a plus qu’à vous essayer eux deux méthodes et d’apprécier celle qui vous convient le mieux.

#Digitsoleadvice « DigitsoleStories

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.